image

Les plus mauvaises récoltes depuis 12 ans, des pertes pouvant atteindre 90%

Focus sur Haïti

image

En Haïti : 

Haïti est le pays le plus pauvre des Caraïbes et reste extrêmement vulnérable aux aléas climatiques. La population s’adapte autant que possible aux conséquences des crises politiques et des catastrophes naturelles qui la frappent régulièrement.

Focus Haïti
Comment se manifeste El Nino en Haïti et quelles sont ses conséquences pour les familles les plus pauvres ?
Daniel Jean-Baptiste, Responsable adjoint du département sécurité alimentaire et moyen d’existence pour Action contre la Faim en Haïti

L’arrivée d’El Nino a aggravé les difficultés quotidiennes des familles les plus pauvres. Plus de la moitié des ménages impactés par la sécheresse ont accumulé des dettes et dans ce contexte de production agricole limitée, de manque de nourriture et de hausse vertigineuse des prix, il leur est devenu difficile de se nourrir. La malnutrition aiguë dépasse déjà 15% (le seuil d’alerte) dans quatre communes du pays et 37 communes étaient en crise alimentaire (niveau 3 de l'IPC) à la fin de l’année 2015.

Si l'agriculture reste une activité centrale car elle fournit 50% des emplois et représente un quart du PIB, le pays ne parvient pas à produire suffisamment pour nourrir sa population. Après 3 années consécutives de sécheresse, El Nino ayant modifié le calendrier des précipitations et la quantité de pluie, la situation humanitaire du pays s’est dégradée et la pression sur les ressources en eau a augmenté. Les récoltes de céréales de 2015 ont par exemple été les plus mauvaises depuis 12 ans, certaines régions ayant subi des pertes pouvant atteindre 90%. Aujourd’hui, 3,6 millions de personnes, soit un tiers de la population du pays, sont en situation d’insécurité alimentaire et 1,5 million d’entre eux en insécurité alimentaire sévère. Ce chiffre a doublé en six mois et pourrait encore augmenter.

Article Image

Dans le bas Nord-Ouest et dans l’Artibonite, deux zones particulièrement impactées, les équipes d’Action contre la Faim ont mis en place des réponses d’urgence à la sécheresse pour permettre aux familles les plus vulnérables de s’adapter à ce choc et de traverser cette période difficile. Des activités de relance agricole devraient permettre aux petits producteurs de résister à la sécheresse en organisant leur production sur des « petits périmètres irrigués » (la présence d’eau en continu les rend moins vulnérables aux aléas climatiques), des distributions de semences ont également été mises en place de même que des formations agricoles et gestion de petit bétail. Les équipes ont mis en place un système de suivi et d’alerte précoce à la sécheresse, des distributions d’eau, et prévoient l’achat et la distribution de camions citernes, des constructions de micro-retenues d’eau… De plus, les activités rémunérées (dit « d’argent contre travail ») menées par les communautés avec le support d’ACF ont le double avantage de donner à des familles fragiles un complément de revenu pour acheter de la nourriture tout en améliorant l’accès aux marchés (grâce à la construction de routes) ou en améliorant durablement leurs moyens d’existence (grâce à la construction de mini réservoirs et de mares d’abreuvage).