Ethiopie : permettre aux mères de rester avec leurs enfants le temps du traitement

ETHIOPIE-ACF-SanjidaTawhid-Mere-et-enfant

Depuis 2016, l’Ethiopie est ravagée par la pire sécheresse que le pays ait connue depuis des décennies, due au phénomène climatique El Niño. Récoltes détruites, mortalité du bétail, accès à l’eau difficile, la situation alimentaire des populations se dégrade. En 2017, les autorités estiment que près de 2,7 millions de personnes seront atteintes de malnutrition et craignent plus de 300 000 cas de malnutrition aiguë sévère. Très vulnérables, les enfants sont les premières victimes de la faim et nécessitent d’être pris en charge rapidement dès que les symptômes de la malnutrition apparaissent. Le fils d’Ayalnesh, 8 mois, souffrait de diarrhée et d’apathie. Alertée, sa mère l’a conduit au centre de stabilisation en santé et nutrition de Newark, géré par Action contre la Faim dans la région d’Amhara. Financé par ECHO, le centre accueille les enfants atteints de malnutrition et de complications médicales qui ont un besoin urgent de traitement.

Mère de cinq enfants, Ayalnesh est une agricultrice de la région d’Amhara. Quand la santé de son fils de 8 mois, Daniel, a commencé à se dégrader, Ayalnesh a eu le réflexe de l’amener au point de santé le plus proche. « Daniel a toujours eu beaucoup de diarrhées mais elles devenaient de plus en plus fréquentes. Il était très faible et il n’arrivait plus à se nourrir. J’ai commencé à beaucoup m’inquiéter quand il a arrêté de jouer avec ses frères et sœurs et je l’ai emmené au poste de santé. » Tenus par le gouvernement et soutenus par Action contre la Faim, les postes de santé permettent de réaliser des diagnostics médicaux rapidement et d’orienter les patients vers des prises en charge mobile pour les cas les plus légers, ou vers le centre de santé pour les cas les plus graves. Sur place, le travailleur de santé lui a appris que son enfant était déshydraté et qu’il souffrait de malnutrition.

« On m’a dit d’emmener Daniel au centre de santé le plus rapidement possible. Là-bas, les soignants ont de suite décidé d’admettre Daniel et m’ont demandé de rester avec lui. »

Ayalnesh a d’abord pris peur : chaque jour au centre de santé serait un jour où elle ne pourrait pas travailler. « Notre situation est difficile. Mon fils aîné de 12 ans travaille chez un paysan voisin pour ramener de l’argent à la maison. Nous luttons pour nourrir toute la famille et je m’inquiétais pour mes autres enfants. »

Une prise en charge complète

La jeune femme a été rassurée quand les travailleurs de santé lui ont appris que son séjour serait pris en charge par Action contre la Faim « J’ai reçu de la nourriture tous les jours et j’ai été logée pendant plusieurs semaines. Je suis restée avec Daniel pendant que mon mari et mes proches s’occupaient de mes autres enfants. Mon fils aurait pu mourir si ma peur de manquer de tout m’avait fait rentrer chez moi. Maintenant, j’encouragerai mes voisins à se rendre au centre de santé si les mêmes malheurs leur arrivent et surtout à ne pas s’inquiéter pour le logement et les repas. »

Action contre la Faim est présente en Ethiopie depuis 1985. Nos équipes soutiennent les populations vulnérables dans six woreda – districts – de la région d’Amhara à travers des activités de prise en charge communautaire de la malnutrition ainsi que des programmes de restauration des moyens de subsistance et de renforcement de la résilience sur le long terme. En collaboration avec les autorités, nous travaillons à l’amélioration de l’accès à l’eau et aux infrastructures sanitaires, avec la réhabilitation d’infrastructures communautaires, la formation à la gestion des points d’eau et aux pratiques d’hygiène. Nous réalisons également des distributions de semences en urgence, de fourrage et d’outils, ainsi que des formations sur les bonnes pratiques culturales.

Photographie © Sanjida Tawhid pour Action contre la Faim.

Posté le 1 juin 2017 dans Ethiopie

Partager

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × quatre =

Back to Top