« Je reviens de Tacloban », témoignage de Maffy, membre des équipes WASH d’ACF-Philippines

membre des équipes WASH d’ACF-Philippines

membre des équipes WASH d’ACF-Philippines

« J’ai passé 24h à Tacloban. J’ai eu l’information à minuit samedi soir que je devais prendre un vol à 7h le lendemain pour aller à Tacloban, pour faire une première évaluation humanitaire conjointe avec 1 personne des Nations Unies (en charge de la sécurité) et 1 personne de Save the Children. Nous sommes montés dans un avion cargo militaire pour aller sur place. Le temps qu’il y ait les autorisations pour se poser, nous sommes finalement arrivés vers 16h à Tacloban dimanche. La situation là-bas est horrible. J’ai déjà travaillé sur des réponses à des cyclones aux Philippines, mais, là, c’est largement pire. La zone affectée est énorme !

L’aéroport, lui-même, est détruit à 90%. Il y a une centaine de militaires en train de monter un campement provisoire, assurer le fonctionnement de l’aéroport et commencer à distribuer de l’aide.

Il y a des centaines de personnes affectées par le typhon qui attendent derrière les barrières à l’aéroport. Certains sont avec des valises : ils attendent de pouvoir monter dans un avion pour être évacués : ils ne veulent pas rester à Tacloban, mais essayer de retrouver de la famille ailleurs dans le pays. D’autres attendent des aides : les gens ont faim, soif, ils n’ont plus de maison. Certains m’ont raconté, qu’ils n’avaient pas eu le choix de voler dans les magasins : ils n’avaient plus rien, et de toutes façons, même avec de l’argent : il n’y a plus de vendeurs.

Une voiture devait venir nous chercher à l’aéroport pour commencer les évaluations, mais on ne l’a jamais vu arriver et il était impossible de la joindre ; les télécommunications ne fonctionnant pas. De ce que nous ont dit les gens, pour aller du centre ville de Tacloban à l’aéroport, normalement il suffit de 30 minutes. Mais là, vu les arbres et les débris sur la route : il faut plus de 3 heures ! La situation en ville serait très instable avec beaucoup de gens complètement perdus et dévalisant toutes les personnes qui passent.

Sachant cela, ne voyant pas la voiture venir et sur les conseils des autorités à l’aéroport, nous sommes restés sur place. On a dormi sur le tarmac. Il n’y a plus d’électricité, plus de transport public, les voitures ne passent pas… Face à ces défis logistiques, j’ai décidé en accord avec le chef de mission de revenir sur Manille. Et en ce moment même on est en train de faire venir des voitures de nos autres bases dans le pays pour rejoindre Tacloban. Une autre équipe, un peu plus grosse, repart aujourd’hui sur Tacloban : elle va attendre l’arrivée de ces voitures pour commencer à s’enfoncer dans l’île. »

Suivez l’évolution de la situation en direct

et

Soutenez Action contre la Faim !

Vous pouvez envoyer vos dons sous enveloppe sans affranchir, à l’adresse suivante :

Action contre la Faim – urgence Philippines

Libre réponse 64 731

75 681 Paris Cedex 14

ou faire un don via notre site web

Pour toutes vos questions:

01 43 35 80 30

ou par mail:

srd@actioncontrelafaim.org

 

Posté le 12 novembre 2013 dans Live, Philippines

Partager

Back to Top