Mme Lucie : “tous les employés ici sont mes p’tites” (1/2)

Il y a certaines rencontres dont on aime à se rappeler longtemps. Des rencontres à caractère professionnel ou amical dont la résonance des échanges s’étend bien au-delà des quelques minutes partagées et qui ont de par leur naturel et leur franchise la faculté de nous rappeler que les rudiments de la vie sont bien souvent synonymes de simplicité.

© Sacha PETRYSZYN

© Sacha PETRYSZYN

J’ai rencontré Mme Lucie en août dernier lors de ma mission et lorsque j’ai appris qu’elle avait travaillé vingt ans comme cuisinière avec ACF, l’idée de la connaître un peu mieux, m’a séduit. Ne connaissant absolument pas Haïti, j’espérais qu’elle me raconte le pays, qu’elle me parle d’ACF et me donne son avis sur le fait que l’organisation soit encore présente ici depuis tout ce temps. Pour être honnête, lui soutirer une ou deux recettes haïtiennes faisait également parti de mon plan.

Je lui ai donc proposé dans un très mauvais créole si nous pouvions discuter de tout ça tranquillement autour d’un café, chez elle, dans son environnement quotidien. Elle m’a répondu dans un très mauvais français qu’elle viendrait au bureau avec toute sa famille le lendemain vers 10h… Mon projet semblait donc mal embarqué !

Sans me décourager pour si peu et après dissipation des malentendus je me suis également rendu à son domicile. Appareil photo, vidéo, calepin en poche, une confection de café dans une main, bouteille de tampico dans l’autre, j’étais fin prêt à tout écouter et en savoir un peu plus.

© Sacha PETRYSZYN

© Sacha PETRYSZYN

Mme Lucie m’a reçu avec toute sa famille dont ses cinq enfants et sa mère. Étaient également présents : son cabri, son chien, son chat et les quelques poulets de la voisine qui traînaient là… Bonne ambiance générale malgré un peu de stress car même si j’étais le bienvenu, les raisons de ma présence n’étaient pas trop claires pour Mme Lucie. Toutes ces questions compliquées n’étaient pas non plus pertinentes, elles étaient même embarrassantes, nous avons donc laissé tombé l’interview formelle pour discuter simplement et échanger sur nos parcours respectifs…

Mme Lucie est originaire de Marmelade dans le nord d’Haïti. Après un bref passage à Port au Prince, elle s’installa aux Gonaïves avec sa famille, il y a bien longtemps déjà car elle ne se rappelle plus en quelle année. En 2013, elle fêtera ses 50 ans et en a déjà passé presque la moitié aux côtés d’ACF. Plus de 20 ans qu’elle collabore sur la base des Gonaïves et ce, malgré le rythme épuisant des ouvertures et fermetures de missions.

15082013-_DSC1708

© Sacha PETRYSZYN

Elle arriva chez ACF comme aide ménagère/cuisinière en 1993 sous la supervision de P. Pelletier, une rencontre importante dans sa vie comme elle aime à le raconter. Ses souvenirs en sont d’ailleurs intacts. Elle fut chaudement recommandée par le Père Idrice Joseph et avec qui ACF avait de bonnes relations aux Gonaïves. Mme Lucie travaillait avec lui et s’occupait des enfants « seuls », des « laissés pour compte » des Gonaïves. Son engagement en tant que travailleuse « humanitaire » ou « sociale » ne commence donc pas avec ACF mais bien avant, avant même d’entendre parler d’organisation humanitaire ou non gouvernementale…

 

Témoignage et photos : Sacha Petryszyn
www.sachapetryszyn.com

Posté le 4 octobre 2013 dans Haïti, Live, Témoignages

Partager

Response (1)

  1. Ana
    4 octobre 2013 at 5:42 · Répondre

    Trop de souvenirs qui reviennent quand je regarde la photo de ma maman haïtienne!!! Lucie tu es la meilleure!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux − 1 =

Back to Top