Népal. « Nous avons dû reprendre la route de la source d’eau pour nous approvisionner au quotidien »

Mekalung est un village isolé, situé sur la ceinture supérieure de Sano Varkhu, dans le district de Syafru, au nord de Katmandou. Les habitants connaissent bien les problèmes liés au manque d’accès à l’eau potable en quantité suffisante.

En rencontrant les équipes d’Action contre la Faim, les habitants ont déploré l’absence d’une bonne infrastructure d’approvisionnement en eau, ce qui obligeait jusqu’ici à parcourir environ 2 kilomètres pour aller chercher de l’eau de la rivière. Pendant la saison des pluies, la situation se compliquait encore quand les villageois partaient à la recherche d’eau potable. Cette insuffisance a soulevé de nombreux problèmes, dont une grande perte de temps pour aller chercher de l’eau, ou des difficultés à maintenir une hygiène correcte dans les foyers, mais aussi des problèmes de santé publique comme la récurrence de diverses maladies : diarrhée, dysenterie, typhoïde, … Ces maladies ont à leur tour entraîné des décès.

La première solution envisagée a été de chercher à se fournir directement à la source et non à la rivière, en installant des tuyaux offerts par une ONG locale. L’eau était alors accessible via des robinets. Mais la population a augmenté dans le village, augmentant ainsi les besoins en eau potable. D’autre part, lors de la saison des pluies, les tuyaux sont ensevelis ou détruits, l’eau se trouble fortement et n’est alors plus propre à la consommation.

Photographie Julien Eyrard / ACF

Photographie Julien Eyrard / ACF

Avec l’appui d’Action contre la Faim, un système sûr d’approvisionnement en eau a été construit. Il a permis en grande partie de résoudre ces problèmes concernant l’accès à suffisamment d’eau. Les équipes ont d’abord constitué un Comité de l’eau et de l’assainissement géré par les utilisateurs. Le président du Comité, Kami Sidar Tamang, précise la situation :

« Après le séisme qui a secoué le pays en avril 2015, la situation a empiré quand la plupart des réseaux de canalisations ont été détruits. Nous avons dû reprendre la route de la source pour nous approvisionner au quotidien ».

Puis les membres du Comité ont été spécifiquement formés aux processus liés aux systèmes d’approvisionnement en eau : l’exploitation et la maintenance des infrastructures sur ce terrain difficile, les options de traitement de l’eau des ménages, les moyens de maintien de l’hygiène, l’importance de toilettes propres, …

Action contre la Faim a également soutenu le Comité en fournissant les matériaux de construction et en finançant le coût de la main-d’œuvre nécessaire à la construction du réservoir, des canalisations et de robinets. Les villageois se sont impliqués dans la construction de la tranchée pour la pose de canalisations et de remblayage sur les tuyaux. Le système entier d’approvisionnement en eau a été construit en moins de trois mois.

Actuellement, plus de 200 personnes bénéficient du régime d’approvisionnement en eau.

Pour les bénéficiaires, après la solution et l’expertise apportées par Action contre la Faim, se fournir à la source ainsi protégée a permis de se débarrasser du problème de l’inondation des pipelines pendant les saisons pluvieuses, et donne accès à une eau propre préservé depuis la source jusqu’au robinet.

M. Tamang confirme : « Maintenant, nous n’avons plus à craindre l’attaque du pipeline par l’érosion. Après avoir terminé la construction de ce système d’approvisionnement en eau, le temps consacré à chercher de l’eau pour les gens de la communauté entière a été considérablement réduit : avant nous devions prendre 2 heures pour aller chercher de l’eau, mais maintenant nous utilisons le robinet construit au plus près des habitations. Et nous avons assez d’eau pour maintenir les activités d’hygiène ».

Posté le 2 novembre 2016 dans Live, Népal, Récit, Témoignages

Partager

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − 6 =

Back to Top