Philippines : Les femmes en première ligne

En 2013, le super typhon Haiyan a dévasté la province de l’Eastern Samar qui compte les municipalités de San Julian et General MacArthur, détruisant les maisons, les moyens de subsistance, ainsi que les systèmes d’eau et de toilettes. Les familles vivant dans ces zones ont difficilement pu avoir accès à des services sociaux et de santé de base. Depuis, dans le cadre de la reconstruction et des activités post – urgence, Action contre la Faim accompagne ces communautés en santé, hygiène et assainissement (WASH) pour mettre fin à la défécation à l’air libre.

Cette pratique entraîne maladie et malnutrition dans les familles, et menace plus particulièrement les enfants et les femmes enceintes et allaitantes.

Avec des solutions innovantes et la pleine participation de la population et surtout des femmes, l’un des objectifs d’Action contre la Faim est de mettre fin à la dénutrition et à la mortalité maternelle et infantile.

Le Dr Corazon Miflores est agent de santé municipal. A ce titre, il mène une veille annuelle dans la région et livre ses conclusions : « L’assainissement a toujours été un problème dans la municipalité. Chaque fois que nous menons l’évaluation de fin d’année dans la province, General Macarthur est dans la zone rouge en raison des difficultés d’accès à des installations sanitaires. Le plaidoyer pour promouvoir le bon usage des latrines et l’appui du ministère dans cette campagne de santé est d’une grande aide pour nous ».

Pour Esther Magdayo, chef de projet WASH dans la province, les femmes ont joué un rôle crucial dans l’amélioration des pratiques d’hygiène et d’assainissement. « Les femmes ont été activement engagées dans notre programme de mise en œuvre. Nous veillons à ce que leurs besoins et leurs voix soient entendues et comprises dans notre programmation pour répondre à leurs préoccupations. Elles s’inquiètent souvent de l’impact de l’eau sale et de l’insuffisance des pratiques d’hygiène et d’assainissement. Mais elles relèvent le défi. Elles ont été les premières à comprendre et reconnaître les effets dévastateurs des pratiques non hygiéniques, et les avantages d’avoir des toilettes », note l’experte.

Cette implication se traduit par l’action concrète des femmes. Gregoria Canatoy vit dans un village reculé de la municipalité Général MacArthur, dans la province de l’Eastern Samar. A 39 ans, elle est mère de 3 enfants, et, comme toutes les femmes de son entourage, elle n’avait jamais eu accès à des toilettes correctes.

Elle s’est enrôlée dans le programme d’Action contre la Faim déployé dans la zone à la suite du typhon Haiyan. Très impliquée, elle a construit elle – même l’installation sanitaire de sa famille. Son mari travaillant toute la journée, elle a réalisé l’ouvrage seule.

« Après quatre jours de travail, je suis parvenue à construire les toilettes », sourit Gregoria satisfaite. Elle a suivi toutes les étapes en creusant d’abord un trou profond dans le sol, puis elle a exécuté les travaux de menuiserie pour préparer une structure en bois, elle a installé un plancher en béton et enfin monté le bloc du bol de toilette en céramique. « C’est très difficile, mais je me suis dépassée pour le faire. Mon mari et mes enfants sont heureux. »

Gregoria Canatoy of Barangay Tugop

Esther Magdayo du programme WASH constate : « Après le typhon Haiyan, quand la mobilisation de tous les membres d’une communauté est devenue évidente et nécessaire, les femmes ont compris et montré qu’elles pouvaient intervenir, faire plus et aller au-delà de leur rôle traditionnel de ménagère. Elles aussi, elles peuvent reconstruire leurs maisons, tout comme Gregoria », partagé Magdayo.

Le projet en cours contribue à la feuille de route du plan national pour l’assainissement durable aux Philippines. Les équipes d’Action contre la Faim misent sur l’élimination sûre des déchets liquides et solides, et une approche globale de la promotion de pratiques de santé et d’hygiène pour créer un environnement sain. La réduction des risques et l’adaptation au changement climatique fait partie de cette approche.

En travaillant avec les autorités locales, l’UNICEF et grâce au généreux soutien de ses donateurs et de ses services de WASH, Action contre la Faim a soutenu et formé plus de 474 200 personnes en deux ans.

Posté le 9 novembre 2015 dans Philippines

Partager

Back to Top