Rencontre avec les populations vulnérables d’Ethiopie, face à la pire sécheresse depuis 30 ans

secheresse-ethiopie-climat

Photographies : © Sanjida Tawhid

En Ethiopie, Sanjida Tawhid de l’équipe d’Action contre la Faim, s’est rendue au plus près des populations des zones touchées par la sécheresse. Elle raconte son expérience et la situation dans laquelle se trouve le pays.

 

Par Sanjida Tawhid

Au nord de l’Ethiopie, dans la zone de Wag Himra de la région Amhara, on voit souvent des groupes de femmes et d’enfants. Couverts de poussière, ils montent et descendent des rations de nourriture et des jerricanes d’eau sur les chemins pentus, secs et rocailleux. Dans cette zone, impossible de trouver une source d’eau ou un moyen de transport à des kilomètres à la ronde. Ici, c’est près de 61% de la population qui dépend de l’aide alimentaire.

 

ethiopie-nutrition-secheresse-enfantC’est le cas d’Alem, enceinte et déjà mère de trois enfants. Je l’ai rencontrée sur un site de distribution de compléments alimentaires d’Action contre la Faim à Sekota. Elle s’y est rendue pour recevoir une ration alimentaire composée de CSB + (farine de soja et de maïs), et de l’huile pour elle et son enfant. Si elle reçoit de l’aide, elle explique la rudesse de sa situation : « j’ai dû retirer ma fille de l’école et je l’ai envoyée chez des proches vivant à 50 kilomètres d’ici pour qu’ils la nourrissent correctement. Je n’avais pas assez de nourriture pour nous tous. La nourriture issue de la dernière récolte a été épuisée dès novembre ».

Alem habite dans une des zones affectées par la sécheresse causée par El Niño. L’Ethiopie est l’un des pays les plus gravement touchés par ce phénomène climatique. Ici, la succession de deux mauvaises saisons des pluies a été dévastatrice pour la population, car les récoltes ont été anéanties par la sécheresse. Aujourd’hui, on compte près de 10,2 millions d’Ethiopiens ayant besoin d’une aide alimentaire, dont plus de la moitié sont des enfants.

 

Pendant ma mission, j’ai pu voir les actions menées par Action contre la Faim dans les zones affectées par la sécheresse. Les centres de santé gérés par le gouvernement traitent les enfants sévèrement malnutris. Les enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition modérée ainsi que les femmes enceintes et allaitantes viennent chercher des rations alimentaires (soja, mais et huile) qui visent à enrichir leur alimentation, pour éviter qu’ils ne tombent dans la malnutrition aigüe sévère. Les mères et le personnel soignant suivent également des formations sur les soins à donner aux enfants, en particulier en situation d’urgence.

 

ethiopie-nutrition-secheresse-enfant

 

Jogie Agbogan, coordinatrice nutrition d’Action contre la Faim, m’a livré son analyse du terrain :

« Pendant les derniers mois, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition a augmenté. Et surtout, le nombre d’enfants malnutris souffrant de complications médicales (diarrhée, œdèmes, malaria ou pneumonie) a aussi augmenté. Si l’aide alimentaire et l’accès à l’eau potable ne sont pas améliorés tout de suite, les cas vont continuer à se multiplier ».

Face à la sécheresse, les familles pauvres que j’ai rencontrées tentent d’adapter leurs habitudes, mais elles auront bientôt atteint leurs limites. Plusieurs familles m’ont par exemple expliqué qu’elles doivent partager les rations de CSB + (mélange nutritionnellement très riche) destinées aux membres malnutris de la famille avec les autres à cause du manque de nourriture. D’autres m’ont raconté devoir partager leurs rations alimentaires avec leur bétail. D’autres, dans le West Hararghe (région Oromia), m’ont dit qu’ils seront bientôt obligés d’emprunter auprès de leurs proches pour acheter des semences pour la prochaine saison. Les familles manquent d’eau et certaines ont repéré des vers dans l’eau qu’ils puisent dans des sources non-protégées.

 

ethiopie-secheresse-enfant-vache-nutrition- betail

 

Les paysans les plus pauvres ont dû affronter la saison Belg de février à avril, en recherchant des semences à planter. En parallèle, les communautés reçoivent du savon pour améliorer leurs conditions d’hygiène et des produits chimiques pour le traitement de l’eau. Ici, tout est fait pour améliorer l’accès à l’eau : on l’achemine par camion-citerne et par âne, on réhabilite des puits et on optimise la construction de systèmes de captage d’eau sur le toit des écoles et des centres de santé.

 

ethiopie-nutrition-secheresse-enfant

A Abergele, dans le Wag Himra, j’ai rencontré Magviya. Pour rejoindre son village, j’ai traversé le lac Tekezé en bateau et j’ai parcouru la campagne rocheuse pendant plusieurs heures. Elle raconte :

« Ca nous prend plusieurs heures pour aller chercher de l’eau. La source s’est asséchée et il y a maintenant un débit très faible. Parfois, nous devons attendre jour et nuit, pour finalement ne remplir qu’un seul jerricane. Ce n’est pas assez pour notre famille et nos animaux. La seule nourriture que nous avons chez nous nous a été donnée par le gouvernement. Nous avons vendu une vache et trois chèvres pour acheter de quoi manger. Nos deux chèvres restantes sont mortes à cause du manque de nourriture ».

 

Me montrant ses deux vaches émaciées devant sa maison, Magviya m’explique qu’elle doit désormais les emmener de l’autre côté du lac pour trouver de quoi les nourrir. Magviya a un seul enfant. L’été dernier, on a diagnostiqué chez le petit Desalegn, 18 mois, une malnutrition aigüe sévère. Il a été admis dans un programme de soins ambulatoires. Sa mère me raconte :

« Il est devenu très maigre et je ne pouvais pas l’allaiter suffisamment. Après avoir mangé de la pâte d’arachide enrichie en vitamines et en nutriments, sa santé s’est améliorée. Il y a quatre mois, il est retourné dans un centre pour suivre un programme de soins destiné aux enfants modérément malnutris. Quand mon enfant mange du ‘fao fao’ (porridge de CSB et d’huile), ça le rend plus fort ».

La volonté d’indépendance et la capacité à faire face aux difficultés de la sécheresse de Magviya et Alem m’ont impressionnée. Si les opérations menées visent à faciliter leur adaptation à cette situation de crise, leur impressionnante force morale les aide à lutter contre la faim.

Posté le 12 juillet 2016 dans Ethiopie, Live

Partager

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 11 =

Back to Top