Somalie : distributions d’eau dans les villages

Somalie eau ACF

Conséquence de quatre saisons des pluies consécutives sans précipitations, l’eau est devenue un bien rare dans le district d’Eyl. La plupart des villages ne peuvent compter que sur leurs barkads, des structures de collecte d’eau, comme source principale. Ils sont aujourd’hui vides, à cause de la sécheresse. Le manque de pluie ayant touché quasiment tous les districts, les éleveurs ne peuvent même pas se déplacer vers une autre région pour espérer trouver de l’eau.

« Les temps sont durs » raconte Saido Mohamud Yussuf, mère de 9 enfants et bénéficiaire de la distribution d’eau. « Avant, nous avions parfois de la nourriture mais pas d’eau pour la cuire, et d’autres jours, nous avions de l’eau mais pas de nourriture. Grâce à la distribution d’eau, même les jours où nous n’avons pas de nourriture, nous avons au moins de quoi boire et faire du thé. »

Dans le cadre de son programme de réponse à la sécheresse, nous mettons en place un système de distribution d’eau dans le district d’Eyl. Les bénéficiaires perçoivent des bons leur permettant de recevoir entre 770 et 1050 litres d’eau pour des périodes de 22 et 60 jours. A ce jour, plus de 1200 personnes ont bénéficié de cette distribution.

« Nous savons tous que l’eau est nécessaire à la vie, et dans ce village, l’unique source d’eau est le barkad. Ces distributions d’eau sauvent des vies, et devraient continuer jusqu’à ce que la pluie tombe à nouveau. », raconte Abdikadir Ahmed Muse, habitant du village de Qarhis.

En plus de la consommation pour les populations, l’eau distribuée sert pour le bétail, et permet d’améliorer les conditions sanitaires des bénéficiaires.

« Avant ces distributions d’eau, il y avait d’énormes pénuries, et nous ne pouvions pas nous laver régulièrement, ni laver nos vêtements et nos ustensiles de cuisine. Nous devions rassembler tous nos vêtements sales et faire du stop pour nous rendre au village de Dawaad et les laver là-bas. Maintenant, nous pouvons nous laver, laver nos vêtements et nos ustensiles régulièrement », explique Saido Mohamud Yussuf en souriant.

Posté le 5 mai 2017 dans Somalie

Partager

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − 2 =

Back to Top