Témoignage d’Ethiopie: « Je rampe d’un endroit à un autre »

Début décembre, des combats éclatent au Soudan du Sud. En quelques jours, des centaines de milliers de personnes prennent la fuite. Plus de 100.000 d’entre elles se trouvent dans la région de Gambella, en Ethiopie.

Action contre la Faim a mis en place des programmes dans la zone de transit de Pagak ainsi que dans le camp de Lietchor.  ACF travaille en lien étroit avec ARRA, le Bureau éthiopien en charge des réfugiés et rapatriés, afin de venir en aide à des réfugiés en grande détresse.

Nyaroaut, 20 ans, ne peut pas marcher, elle a dû ramper pendant tout le chemin avec ses trois enfants. Nous l’avons rencontré au camp de réfugiés de Lietchor, Ethiopie.

Je viens d’Akobo, une ville proche de la frontière avec le Soudan. J’ai trois enfants âgés de 7, 5 et 1 ans.

Je n’ai pas été capable de marcher depuis que je suis enfants. Je ne me souviens plus de quand je suis tombée malade, c’était avant que je devienne une femme. Maintenant je rampe pour aller d’un endroit à un autre.

Pour arriver à Tiergol (Zone d’entrée en Ethopie) cela nous a pris très longtemps. J’ai du ramper durant toute la route. Puis après, nous sommes restés à la frontière pendant un mois.

Réfugiée soudanaise en EthiopieJe ne peux pas aller chercher de l’eau ou du bois pour le feu toute seule donc il n’y a aucun moyen pour que je puisse cuisiner pour mes enfants.

Au Soudan du Sud, personnes ne pouvais prendre soin de mes enfants, c’est pourquoi je suis venue ici, en Ethiopie. Cette mère (faisant référence à une refugiée qu’elle a rencontré à Tiergol et qui l’a aidé à porter son bébé) a toujours cuisiné pour mes enfants et m’aide à m’en occuper. Avant c’était mon mari qui m’aidait avec les enfants, mais maintenant, il est à la guerre.

Ici au camp, on nous distribue de la nourriture pour nos enfants. Au début, mon enfant de 1 ans recevait de la pâte nutritive à base d’arachide, maintenant qu’ils ont estimé qu’il était en meilleure santé on nous distribue un mélange de céréales (fao fao). Mais aujourd’hui mon enfant est de nouveau malade (l’enfant vomi pendant l’interview).

J’aimerais vraiment aller à la tente reservée aux mères et à leurs enfants mise en place par Action Contre la Faim, mais je ne peux pas car mes genoux me font trop mal quand je parcours une longue distance.

Posté le 17 avril 2014 dans Ethiopie, Live

Partager

Back to Top