Ukraine : Le poids du conflit sur le quotidien des populations

ukraine

Les restrictions commerciales imposées par les deux parties en conflit se traduisent par une diminution des échanges commerciaux devant passer par la ligne de contact. Elles ont affecté les emplois, créé une pénurie de marchandises et fait monter les prix dans les zones contrôlées par les forces non gouvernementales. Les restrictions bancaires ont également nui à l’économie et aux moyens d’existence. Ajouté au fait qu’il n’existe qu’un seul point d’entrée et de sortie, piétonnier, dans l’oblast de Louhansk, cela a un impact négatif sur les moyens d’existence et sur la vie quotidienne des agriculteurs locaux et des populations en général.

Action contre la Faim plaide à différents niveaux en faveur de l’ouverture d’au moins un point de passage supplémentaire, en particulier dans l’oblast de Louhansk. Il serait par ailleurs crucial d’améliorer la gestion des points de passages déjà existants, de façon à réduire les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes touchées par le conflit.

Le témoignage d’une famille d’agriculteurs

ukraine 2

La famille vit à Stanitsa Luhanska, réputée pour l’activité agricole de ses habitants. Avant le conflit, 80 % de la population cultivaient des légumes dans ses propres serres et vendaient ses produits dans la ville de Louhansk, qui était à l’époque le centre régional de tout l’oblast. « La seule source de revenus de notre famille provenait de la vente de nos produits sur le marché local de Louhansk. On avait la voiture et, avant, on arrivait sans encombres au marché. Cependant, la situation a changé et avec la séparation, nous ne pouvons pas accéder facilement au marché de Louhansk. », raconte Nikolay.

Nikolay et sa femme ont été obligé de réduire leur nombre de serres. En effet, ils ne pouvaient pas vendre tous les légumes qu’ils cultivaient. Tous les jours, ils récoltent leurs produits et se rendent dans la zone contrôlée par les forces non gouvernementales pour les vendre sur le marché de Louhansk. Ils sont tributaires du nombre limité de kilos qu’ils peuvent véhiculer de l’autre côté de la ligne de contact. Le simple fait de ne pas être en mesure de transporter leurs produits au point de passage piétonnier, qui traverse un pont délabré, limite leur capacité à vendre tous les légumes qu’ils pourraient cultiver. Sans compter que faire la queue au point de contrôle avec les autres gens prend beaucoup de temps et que leur présence en énerve certains.

« Il nous arrive de faire la queue pendant des heures avant de passer. Les autres gens sont mécontents que nous, qui transportons des marchandises, soyons dans la même file d’attente qu’eux. On nous traite d’“ânes bâtés”. Nous avons plutôt l’impression d’être des fourmis : on travaille dur pour cultiver ces légumes et on a beaucoup de mal à arriver jusqu’au marché. », ajoute Nikolay.

ukraine

« Tout ce que je veux, c’est vivre dans un pays en paix, comme avant. Je ne veux pas entendre des bombardements pendant la nuit. Je suis fatiguée d’avoir peur, de devoir me déplacer tous les mois en affrontant toutes sortes de difficultés. Je veux pouvoir recevoir des soins médicaux de qualité et mes allocations chez moi. Je veux vivre, pas survivre comme c’est le cas maintenant. », explique Tamara. Modification de l’ordonnance temporaire du 25 janvier 2015 et de ses dispositions imposant des restrictions commerciales, ouverture d’un point de contrôle d’entrée-sortie supplémentaire dans la région de Louhansk – avec autorisation de circulation des transports publics à travers la ligne de contact –, et amélioration des installations au point de contrôle pour que le passage s’effectue dans des conditions dignes… Ces trois aménagements réduiraient les souffrances des personnes et le nombre de problèmes auxquels elles sont confrontées lorsqu’elles traversent la ligne de contact.

Photographies Edmee van Rijn pour Action contre la Faim. 

Posté le 21 novembre 2017 dans Témoignages, Ukraine

Partager

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + quatorze =

Back to Top