Un dispositif d’urgence novateur pour la région du Lac Tchad

NG Nut GuyCalaf 2016 1

Au Tchad, Action contre la Faim fait partie de plusieurs dispositifs collectifs d’intervention humanitaire, dont le Rapid Response Mechansim dit RRM. Financé par des fonds institutionnels, ici l’Agence Suédoise de Développement International (SIDA), le RRM est un mécanisme mobile de réponse rapide qui s’adapte aux mouvements de population dans des zones très souvent inaccessibles. Le dispositif est coordonné par OCHA, l’organisme de coordination des Nations Unies pour les affaires humanitaires.

Les populations qui doivent quitter leur foyer de manière soudaine et souvent brutale, la plupart du temps pour fuir des groupes armés violents ou suite à des chocs climatiques, partent en emportant très peu de chose et se retrouvent rapidement sans moyens de subsistance.

Pour déployer une intervention efficace, le RRM comprend une phase d’évaluation des besoins puis une phase d’assistance humanitaire sous la forme de distributions de biens de première nécessité. Les ménages qui ont fui sont partis dans la précipitation, en n’emportant que ce qu’ils pouvaient porter.

Action Against Hunger staff conduct a distribution of hundreds of shelter kits and hygiene kits to displaced people in Monguno, Borno State, Nigeria, on August 23, 2016

Le système est organisé de sorte à réagir au plus vite et au plus près des familles et personnes vulnérables : à partir d’une alerte par la communauté humanitaire ou les autorités, les équipes vérifient les informations à la source, puis mènent des évaluations techniques multisectorielles dans la zone identifiée. L’accès à l’eau, à l’hygiène et l’assainissement, la sécurité alimentaire ainsi que la santé sont les priorités de nos équipes.

Le déploiement de l’assistance sur le terrain se fait dans les 72 heures après l’alerte dans les sites ou villages d’au moins 150 ménages et déplacés depuis moins de 6 mois, soit la phase de première urgence.

Dans ces contextes de déplacements soudains de populations déplacées internes suite à choc, la plupart des interventions d’urgence sont ponctuelles. Pour se protéger, les familles se regroupent dans des sites improvisés dans des zones reculées et difficiles d’accès, coupées de toute infrastructure. C’est une difficulté supplémentaire lorsqu’elles se retrouvent démunies et sans vivres.

Action Against Hunger staff conduct a distribution of hundreds of shelter kits and hygiene kits to displaced people in Monguno, Borno State, Nigeria, on August 23, 2016

Nos équipes font ensuite un rapport sous 48h à la coordination humanitaire de la région qui analyse les besoins et recommande une intervention d’urgence, ou de longue durée, et identifie les organisations et acteurs humanitaires en capacité de prendre en charge le nouveau programme d’assistance.

Les interventions du RRM sont de deux sortes. L’une se fait en WASH d’urgence, c’est-à-dire en eau, hygiène et assainissement. Il peut s’agir de réhabilitation de puits de forages, et de construction de latrines d’urgence. Ces activités comprennent de la formation et de la promotion des pratiques d’hygiène lorsque les conditions de sécurité le permettent.

L’autre est la distribution de kits dits ‘NFI’, en anglais non-food items, qui sont des biens de première nécessité non-alimentaire pour permettre aux ménages déplacés ou retournés de se reconstituer un petit abri, afin de vivre les premiers temps dans leur zone d’accueil.

15 évaluations multisectorielles sont menées dans le cadre du RRM durant les sept mois du projet.

Crédit photo : © Guy Calaf

Posté le 15 février 2017 dans Tchad

Partager

Back to Top