Une matinée au centre de santé d’Yirimadio à Bamako

rokiaIl est 8h30 quand nous arrivons au centre de santé communautaire d’Yirimadio, mais Rokia, la sage-femme de l’unité nutritionnelle s’active déjà depuis un bout de temps. Aujourd’hui, 4 autres de ses collègues du centre de santé sont venues lui prêter main forte : c’est jour de traitement contre la malnutrition dans le centre ! C’est en effet ce jour-là que les enfants souffrant de malnutrition aiguë sans complication médicale viennent au centre pour recevoir leur ration hebdomadaire d’aliments thérapeutiques.

maternite

Il y a des femmes et des enfants à l’extérieur qui attendent et un joyeux tumulte à l’intérieur de l’unité : des mamans entrent, sortent, déshabillent leur enfant, montent et descendent de la balance, les rhabillent… et parlent entre elles… alors que les enfants n’apprécient pas toujours l’opération ; notamment le passage sur la toise ; cette grande planche en bois permettant de mesurer les petits.

Après avoir réalisé le “check-up” des enfants et contrôlé que leur état de santé s’améliorait, les infirmières distribuent soit le nombre de sachet de produits thérapeutiques adapté pour une semaine pour les enfants atteints de malnutrition aiguë sévère, soit un sac de compléments alimentaires pour ceux souffrant de malnutrition aiguë modérée.

En général, les enfants, qui eux, ne perdent pas le nord, réclament immédiatement un premier sachet de PlumpyNut : un beurre de cacahuète enrichi en vitamines, sels minéraux… le tout avec des dosages bien précis pour respecter le métabolisme très fragile des enfants malnutris aigus. plump

Rokia passe au milieu de tout ce petit monde, donne un avis nutritionnel à droite, un conseil sur l’allaitement à gauche, et une blague entre les deux. Entre deux patients, elle va voir les enfants hospitalisés dans la salle d’à côté.

On retrouve Salim, le fils de Fatoumata, venue il y a 8 jours de Gao. Salim commence à aller mieux peu à peu : ses œdèmes se résorbent doucement et on peut observer les premiers effets de son traitement qui a pour but de résorber les œdèmes, avant de s’attaquer à la prise de poids.

salim Pour rassurer la maman, Rokia lui présente Awa : cette petite fille était arrivée au centre exactement dans le même état que Salim ; elle souffrait, elle aussi, de graves œdèmes liés à sa malnutrition aiguë il y a quelques semaines. Maintenant tout est résorbé et la petite continue juste de venir au centre pour assurer un suivi de sa guérison.

Fatoumata avait l’air bien soulagé de voir de manière « concrète » que son fils allait pouvoir aller mieux bientôt…   Bref, une matinée presque comme les autres dans le centre de santé d’Yirimadio, dans la capitale malienne.

Posté le 26 janvier 2013 dans Live, Mali, Récit

Partager

Response (1)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + un =

Back to Top