Urgence choléra: récit de 6 mois de combat (1/2)

Freetown

2012 a été une année noire pour le choléra en Afrique. Action Contre la Faim a répondu aux urgences dans plusieurs pays. Marc Escudier, responsable du programme choléra à Freetown, Sierra Léone, témoigne.

  Sierra Leone       Cela faisait 5 ans que la Sierra Léone n’avait pas connu d’épidémie de choléra. Bien sûr, il y avait quelques cas isolés, la maladie n’avait pas totalement disparu du paysage Sierra Léonais. Mais tout de même, 5 ans…de quoi susciter de l’espoir! L’espoir que cette maladie moyenâgeuse arrêterait de faire des dégâts et de prendre des vies innocentes…

Mais voilà que de mystérieuses flambées de diarrhées et vomissements apparaissent  fin 2011. Des flambées inexpliquées et inhabituelles en période sèche. Des flambées localisées, qui disparaissent aussi vite qu’elles étaient apparues. Pas de certitude qu’il s’agisse de choléra, mais le mot est dans tous les esprits. Puis les choses semblent se calmer… et sont vite oubliées en cette période de fêtes. Le choléra est pourtant une maladie grave et fortement contagieuse. Les symptômes sont des diarrhées et vomissements fréquents et aqueux. Sans pris en charge médicale, le choléra peut entrainer une mort par déshydratation en seulement un à deux jours.

Février 2012, de nouvelles flambées sont signalées dans le Nord du pays, entre la capitale et la Guinée. Cette fois, il s’agit bien de choléra. L’épidémie est officialisée par le gouvernement dans les districts de Kambia et Port Loko. Des actions de réponse sont mises en place par le gouvernement et les organisations présentes sur place. La saison sèche réduisant la transmission de la maladie, la situation revient vite à la normale. Mais cette fois, tout le monde est prévenu et doit s’attendre à une année 2012 agitée.

DSC00776C’est à ce moment qu’Action Contre la Faim, avec le soutien du Bureau d’aide humanitaire de la commission Européenne, décide de mettre en place un programme de préparation pour le choléra. La saison des pluies est attendue pour Juin et promet d’être intense. Ce programme se concentre sur les régions les plus à risque: la capitale Freetown, les districts de Port Loko et Kambia – traditionnellement fortement affectés par le choléra – ainsi que la Guinée voisine.

Rapidement, les équipes d’ACF sont recrutées et formées à Freetown. Les activités se préparent quand la saison des pluies commence à s’intensifier. ACF intervient dans les structures de santé et dans les communautés pour tenter de contenir l’épidémie et rappeler aux populations les bons gestes pour éviter le choléra. Du matériel de protection est donné dans les centres de santé pour limiter la propagation de la maladie. L’équipe nationale, fraichement recrutée et sans connaissance préalable en matière de choléra, a besoin d’être guidée et demande une forte supervision. Les premiers cas suspectés sont signalés à Freetown en Juin 2012, sans avoir la confirmation qu’il s’agisse bien de choléra. ACF est l’une des rares organisations présente sur le terrain ayant augmenté sa capacité de réponse en prévision de l’urgence. Sans attendre l’annonce officielle de l’épidémie, les équipes se mettent en branle.

Dès demain, retrouvez la suite du témoignage de Marc Escudier

Posté le 20 mars 2013 dans Live, Sierra Leone

Partager

Back to Top