Visages de réfugiés : témoignages de Rohingyas en exil.

Tayaba Bangladesh témoignage

Ces témoignages ont été réalisés dans le cadre du programme Santé mentale et pratique de soins mis en place par Action contre la Faim auprès des populations réfugiées. Sur les routes de l’exil, les violences dont les réfugiés ont été victimes ou témoins ont généré de grands besoins d’assistance psychologique.

Yasmine, 15 ans : oublier les sévices.

Yasmine Bangladesh temoignage

Le lien de Yasmine avec son père Sayad Hossan était tel, dit-elle avec un sourire, qu’elle savait quand il était à proximité : « Je pouvais dire s’il était sur la route ».

Yasmine estime qu’elle doit avoir 15 ans, mais semble beaucoup plus jeune.

Les souvenirs des jeux qu’elle faisait dans son village de Deol Toli, au Myanmar, sont encore frais lorsqu’elle les raconte : jouer avec des billes, courir dans le champ à côté de leur maison… Cependant, les souvenirs qui la hantent sont encore plus récents – l’attaque des forces militaires du Myanmar contre son village il y a quelques semaines, les coups et meurtres de son père et de ses deux frères, le viol collectif des soldats qui l’ont dépouillée de son argent avant de la remettre à sa mère…

« J’ai ressenti beaucoup de douleur dans mon corps », dit-elle, expliquant que tout au long du voyage au Bangladesh, sa belle-mère et son beau-frère lui ont tenu la main pour la calmer tout en voyageant aux côtés de ses six frères et sœurs.

Au cours du voyage, elle s’est évanouie de faiblesse et de maladie, et elle a été emmenée à l’hôpital avant d’arriver dans le camp de réfugiés de Kutpalong, l’endroit qu’elle et d’autres Rohingya doivent maintenant appeler « chez eux ».

Pour Sayad, l’idée de retourner au Myanmar est impensable.

« Au moins, je ne vis pas dans la peur ici, mais quand je pense à mon père, je suis très triste ».
Interrogée sur ses rêves, la réponse est simple : « Je veux juste vivre normalement et en sécurité avec ma famille. »

Mohammed, 30 ans : des séances de soutien psychologiques au cœur du chaos.

Mohammed Bangladesh Temoignage

C’est la première fois que Mohammed Tayab, 30 ans, assiste à une séance de groupe sur la gestion du stress, mais il tient à mettre en pratique les techniques qu’il a apprises dès qu’il en aura l’occasion. Tenu par l’un des membres de l’équipe de santé mentale d’Action contre la faim dans un refuge près de chez lui, dans le camp de Kutapalong au Bangladesh, Tayab explique que la séance « n’est pas un médicament, mais une forme de traitement ».

Y compris les techniques de relaxation de type méditation, le temps passé avec le groupe lui a déjà permis de se sentir mieux face aux innombrables défis auxquels sont confrontés les réfugiés Rohingyas nouvellement arrivés.
« De manière générale, je me sens mal en ce moment, je me sens vulnérable et il n’y a pas assez de nos besoins fondamentaux qui sont satisfaits – le stress s’accumule », explique-t-il.

Bûcheron du village de Nassan au Myanmar, Mohammed a fui sa maison avec sa femme et ses enfants au milieu de l’offensive militaire qui a commencé à la fin de septembre et a poussé un demi-million de Rohingya au Bangladesh.
« J’ai vu des centaines de personnes se faire tirer dessus et des voisins être tués devant moi », dit-il.
Aujourd’hui, il craint que ses enfants ne soient pas en mesure de recevoir une éducation et s’inquiète de l’incertitude de l’avenir.

« Il n’y a rien de permanent ici pour nous, pas assez d’eau et pas assez de toilettes. Nous sommes confus – combien de temps sommes-nous censés rester ici? » dit-il avant d’ajouter « Quand je suis confrontée à ces questions et ces angoisses, je pense que les techniques sur la gestion du stress apportées par Action contre la Faim vont m’aider ».

Foyaz, 10 ans : le dessin comme thérapie.

Foyaz Bangladesh
Serrant un crayon jaune, le petit Foyaz Islam dessine des images qui le font sourire : une maison; des fleurs, des poissons. Il est l’un des nombreux nouveaux arrivants dans le camp de réfugiés bangladais de Kutapalong. Comme 240 000 autres enfants rohingyas, Foyaz, ses 6 frères et sœurs et ses parents ont dû fuir leur foyer au milieu d’une offensive militaire visant les Rohingyas.

« Les gens de Rakhine nous tuaient, c’est pour ça que nous sommes partis »

Aujourd’hui, sa famille, qui était relativement aisée, n’a plus rien et tente de survivre dans ce vaste camp de réfugiés au Bangladesh. Foyaz explique que depuis leur arrivée il y a 20 jours, le changement est « difficile à accepter », ajoutant que cela le rend « nerveux ».

Pourtant, ces stress se sont atténués avec l’arrivée de l’équipe de santé mentale d’Action contre la faim juste à l’extérieur de son refuge avec des crayons et du papier, offrant l’art comme forme de thérapie.

« J’avais l’habitude de dessiner lorsque j’étais chez moi au Myanmar, et cela me rend heureux quand je dessine ici », dit-il en souriant.

Sokina, 35 ans : la parole pour lutter contre l’angoisse.

Sokina, bangladesh temoignage

 

Lorsque les tirs ont commencé, Sokina Khatun a fait tout ce qu’elle a pu pour protéger ses enfants – mais elle n’a pas pu protéger Yasmine, 15 ans, et Jamalita, 20 ans.

Sokina a fui le village de Tulatoli au milieu de l’offensive militaire du Myanmar visant le Rohingya avec son mari et neuf de leurs enfants, mais ses deux grandes filles se trouvaient dans un village voisin. « Leurs gorges ont été égorgées devant leur grand-mère et leur grand-père », explique Sokina, dont la famille a dû boire l’eau du fleuve pour se rendre au Bangladesh.

« J’étais engourdie, je ne sentais pas la douleur de ce qui s’était passé, je me concentrais uniquement sur la protection de mes enfants ».

Sonia est au camp de réfugiés de Kutapalong depuis début octobre et admet qu’elle est déprimée.
Les souvenirs de sa maison lui reviennent particulièrement durement quand elle cuisine, explique-t-elle. « En ce moment, mon esprit n’est pas normal », ajoute-elle.

Cependant, elle a désormais un petit exutoire pour ses moments d’angoisse – des sessions de groupe pour les femmes organisées dans les camps par Action contre la Faim.

« Ils me donnent des informations sur des sujets comme l’allaitement maternel et les pratiques de garde d’enfants », dit Sokina, avec son petit Mohammed de 3 mois sur les genoux.

Tout aussi important les séances lui permettent de partager librement ses sentiments avec les autres : « Beaucoup de choses sont intériorisées et quand je vais aux séances, je peux partager mes émotions. Tout ce que je demande, c’est que quelqu’un continue à venir dans les camps et nous permette de parler de ces choses ».

Tayaba, 20 ans : une nouvelle vie difficile dans le camp de Kutapalong.

Tayaba Bangladesh témoignage

Aujourd’hui pris en charge individuellement par Action contre la faim, Tayaba et son mari Anwar sont confrontés à des problèmes quotidiens dans leur nouvelle vie de réfugiés.

« Cet abri est tout ce que nous avons, et nous sommes six à y habiter, car nous partageons le logement avec une autre famille », explique Anwar à propos de leur refuge dans le camp de Kutapalong au Bangladesh. « Quand il pleut, le toit fuit et on ne peut pas dormir. »

Le manque d’eau potable et de toilettes inquiète également le couple – une crainte partagée par de nombreux médecins travaillant dans les camps, dont certains avertissent des dangers d’une épidémie de choléra.

En dépit des nombreuses difficultés de cette vie de réfugiés, le couple est soulagé d’être à présent relativement en sécurité. Tayaba a assisté à l’agression de ses voisins au Myanmar avant qu’elle ne prenne la fuite avec sa famille, craignant pour leur vie. Fuyant à 4 heures du matin sans argent, ils ont pu compter sur la générosité d’un autre réfugié Rohingya pour payer les frais de traversée du fleuve Teknaf jusqu’au Bangladesh.

« Le voyage a duré quatre jours et a été très difficile car il y avait beaucoup d’obstacles. Nous n’avions ni nourriture ni eau », dit Tayaba.

« J’étais triste et traumatisé et je me sentais déprimé pendant le voyage, ajoute Anwar, mais les choses s’améliorent maintenant. »

Néanmoins, il explique qu’un soutien accru en matière de santé mentale, ainsi que du matériel pour les aider à rendre leur toit imperméable, serait d’une grande aide.

« Il suffit que quelqu’un me demande comment vont les choses et je commence déjà à me sentir mieux » ajoute-t-il.

Photographie © John Owens pour Action contre la Faim France.

Posté le 24 novembre 2017 dans Bangladesh, Témoignages

Partager

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept + 8 =

Back to Top