Yémen, le témoignage de nos équipes : « Ici la situation peut changer quotidiennement »

Abdou Mohammed Saïd est responsable des programmes en eau, assainissement et hygiène d’Action contre la Faim à Hodeida au Yémen. Il y a un mois, il a dû quitter le pays et pilote désormais les activités depuis Amman, en Jordanie.

Abdou a débuté sa mission avec ACF au Yémen en décembre 2013. Immédiatement, il prend conscience des spécificités du pays. « J’ai vite découvert qu’ici la situation peut changer quotidiennement. Du jour au lendemain, une zone n’est plus accessible car il y a des affrontements ou des menaces d’enlèvement. Du coup, on a des règles de sécurité extrêmement strictes pour ne pas mettre en danger les équipes. Il faut également faire attention aux spécificités culturelles du pays mais après quelques évaluations, j’ai vu les immenses besoins de la population ».

Dans un pays au stress hydrique très élevé, les missions d’ACF sont nombreuses. « Il y a de nombreux réseaux d’eau défectueux, les équipes effectuent beaucoup de maintenance, de réparation des puits ». Ces travaux doivent être effectués auprès d’une population parfois suspicieuse quant aux intentions des travailleurs humanitaires et la communication avec les autorités locales, les cheikhs est primordiale pour s’assurer de bonnes conditions de travail. Grâce aux nombreuses évaluations réalisées, les équipes ont observé que 40 à 50% des foyers ne possèdent pas de latrines. Dans cette situation, la promotion à l’hygiène et la réhabilitation des installations sanitaires sont primordiales.

« Notre travail s’est toujours effectué dans un contexte difficile et changeant mais lorsque les frappes aériennes ont commencé, la situation est devenue critique. Même si Hodeida a relativement été épargnée par rapport à Sana’a ou Aden, nous étions tous inquiets. »

Une partie de l’équipe gère désormais les opérations depuis la Jordanie. « Travailler à distance peut s’avérer frustrant tant pour les équipes sur place que pour nous mais grâce au temps que j’ai passé sur place et aux outils de contrôles que nous avons, c’est tout à fait possible ». Il y a quelques jours, Abdou reçoit une vidéo de l’équipe qui est partie sur le terrain un peu plus tôt. « C’était une vidéo d’une frappe aérienne, il y avait des colonnes de fumée qui s’élevaient dans le ciel, l’équipe était effrayée, ne savait pas quoi faire. Nous avons un peu parlé et dès le lendemain, l’équipe était à nouveau sur le terrain. Peut après cet événement, ils ont distribué 1.000 kits d’hygiène aux déplacés et d’autres distributions sont prévues. Je suis content de l’équipe qui est toujours au complet. Quand je leur parle, je les sens motivés et mobilisés, je sais qu’ils travaillent dur. J’espère que toute l’équipe pourra vite retourner dans le pays car vu la situation du pays avant le conflit, cela risque d’être dramatique ».

Posté le 1 juin 2015 dans Live, Récit, Yémen

Partager

Back to Top